Suppression du délai de réflexion : oui, les femmes peuvent réfléchir par elles-mêmes ! | Le Planning Familial – L’IVG, un droit à défendre!

Suppression du délai de réflexion : oui, les femmes peuvent réfléchir par elles-mêmes ! | Le Planning Familial – L’IVG, un droit à défendre!.

Publicités

GYN&CO Enfin une liste blanche de soignantEs féministes !

Je reprends la page d’accueil de Gyn&Co, ce nouveau site très intéressant et qui sera fort utile. J’espère qu’il permettra à terme d’améliorer les conditions de réception des femmes par les soignants.

« A propos

Enfin une liste blanche de soignantEs féministes!

Nous sommes un groupe de militantes féministes et nous en avons marre des gynécos et soignantEs ayant des pratiques sexistes, lesbophobes, transphobes, putophobes, racistes, classistes, validistes, etc. Nous avons donc mis en place Gyn&Co pour mettre à disposition une LISTE BLANCHE de soignantEs pratiquant des actes gynécologiques (qu’il s’agisse de gynécos, de médecins généralistes ou de sages-femmes).

Dans une structure politique hétérosexiste, raciste et capitaliste, il n’est pas rare d’avoir à faire face à des pratiques sexistes, lesbophobes, transphobes, putophobes, racistes, classistes, validistes, etc. de la part des soignantEs, gynéco ou généralistes. Nous sommes nombreux’ses à avoir été confrontéEs à des expériences malheureuses avec unE soignantE lors de consultations gynécologiques : qu’il s’agisse de propos jugeants ou déconsidérants, d’un manque de respect de l’intégrité de nos corps, d’un refus de tenir compte de nos choix voire de discrimination ou de violence. De plus, nous n’avons pas forcément les mêmes besoins et attentes selon nos situations et nos pratiques – handicap, travail du sexe, usage de drogue, séropositivité, polyamour, etc.

Pour mener à bien ce projet, nous avons élaboré un questionnaire afin de collecter des coordonnées de soignantEs et de les mettre à la disposition de touTEs. Attention il s’agit bien d’une LISTE BLANCHE : nous n’intégrerons que les coordonnées de professionnelLEs nous ayant été recommandéEs sur des critères positifs.*

Les questionnaires rapportant des expériences individuelles, il est possible que nous n’ayons pas connaissance de l’ensemble des pratiques réalisées par le/la soignantE. Par exemple, si une fiche médecin ne fait pas mention de la possibilité de faire une pose de stérilet ou un accompagnement IVG, cela ne signifie pas que cetTE professionnelLE ne le propose pas. Nous ne faisons que reporter les informations nous ayant été transmises.

Donc, si vous ne pouvez pas répondre à toutes les questions, cela ne veut pas dire que ce soignantE n’est pas recommandable par ailleurs. Dans le doute, envoyez-nous vos questionnaires avec vos commentaires.

Et rappelons encore que c’est un projet collaboratif et évolutif qui dépend de nous touTEs ! Nous comptons sur chacunE pour l’alimenter, le compléter, le corriger !

Le questionnaire est ici.

Et n’hésitez pas à nous écrire à gynandco@riseup.net! Surtout si vous avez des questions sur une soignantE ou une requête personnelle à laquelle vous n’avez pas trouvé de réponse.

—-

*Nous nous basons sur les expériences subjectives des patientEs tout en sachant bien qu’évaluer unE soignantE sur ce critère a un caractère aléatoire. Effectivement, unE soignantE peut avoir des retours différents selon les patientEs. C’est pour cela que nous ne prenons en compte que les recommandations des patientEs sur unE soignantE, si cela s’est bien passé, nous la mettrons sur la liste. »

 

Sur la liste des soignants, on trouve dans la colonne de droite les catégories très utiles qui permettent de trier les soignants selon ce qu’on cherche comme qualité particulière.

N’hésitez pas à participer au questionnaire si vous avez eu la chance au moins une fois dans votre vie d’avoir accès à des soignants corrects. Et faites tourner cette info (on peut partager la page d’accueil sur tous les réseaux sociaux).

Droit à l’avortement en Pologne : une pétition pour rappeler le gouvernement à l’ordre

Lu sur ivg.planning-familial.org :


« 3000 médecins en Pologne ont signé une « Déclaration de foi » contre le droit à l’avortement. Une pétition est lancée pour interpeller le gouvernement : la Pologne est un pays laïc et elle doit le rester !
13/06/2014
Droit à l’avortement en Pologne : une pétition pour rappeler le gouvernement à l’ordre
Face à une nouvelle fronde des conservateurs contre le droit à l’avortement en Pologne, une pétition a été lancée pour rappeler au gouvernement polonais ses obligations en la matière. Dans ce pays où la legislation est l’une des plus restrictives d’Europe, le recours à l’objection de conscience est tel que l’accès à l’IVG est quasiment impossible, même dans les conditions prévues par la loi (en cas de viol, malformation foetale grave ou risque pour la santé de la femme). On estime ainsi que 80 000 à 200 000 femmes sont contraintes de recourir à des avortements clandestins chaque année en Pologne (Center for Reproductive Rights, 2012). Le pays a déjà été mis en cause trois fois par la Cour européenne des droits de l’Homme.

La pétition demande à l’Etat de faire appliquer la loi en vigueur, indépendamment des pressions religieuses : toutes les femmes devraient avoir accès aux services de santé légaux, y compris en matière d’avortement.

Pour soutenir les femmes polonaises, signez vous aussi la pétition ! »

À signer ici.

Loi Veil (discours)

Aujourd’hui, à la radio, il y avait une « reconstitution » du débat sur l’avortement de l’Assemblée Nationale de 1974, avec le discours de Simone Veil qui allait conclure à la légalisation de l’IVG.

C’est réécoutable ici.

J’ai trouvé cela intéressant, et puis c’est assez ludique et simple dans son format. Ce qui m’a choquée c’est que les arguments des « pour » comme des « contres » sont toujours d’actualité et toujours énoncés, comme si on n’avait pas vraiment progressé depuis. Heureusement on a quand même acquis le droit à l’avortement (même si c’est loin d’être parfait) mais pour ce qui est de la condition de la femme le discours de Lucien Neuwirth (Député de la Loire et d’ailleurs à l’origine de la légaliation de la pilule -3ème intervenant à 9’48), est tranposable en 2014.

Les arguments défendus par Mme Veil pour défendre son projet de loi sont pour certains assez critiquables. En effet, le but reste de dissuader la femme d’avorter en lui donnant la seule responsabilité du choix et la proposition de loi indique que la femme devra être informée de la gravité et des conséquences de son acte qu’il convient malgré tout d’éviter à tout prix (toujours cette histoire des femmes qui sont trop connes pour savoir réfléchir).

Le vocabulaire est gênant : avortement = échec, drame.

En bref, la loi légalise un acte dangereux car mal ou non médicalisé et qui met en péril la vie des (futures/potentielles) procréatrices. C’est cela qu’il faut éviter.

 

J’aime à croire que Mme Veil  à l’époque a usé de stratagèmes politiques, sémantiques et d’argumentaires lui permettant l’approbation du projet de loi.

 

En tous cas, avec un argumentaire pareil et une telle construction du texte de loi, la situation actuelle de la prise en charge de l’IVG n’a rien d’étonnante. Les fondamentaux sont restés, bien ancrés. Le retrait du texte de la notion de détresse, proposé et défendu par Mme Najat Vallaud-Belkacem, et qui a été voté, constitue un premier progrès.

On peut lire le discours et en voir la video du 26/11/74 de Mme Veil ici. (marrant ça c’est le jour précis où mes parents ont décidé de mon prénom).

IVG, un droit en danger ?

Reportage de la chaîne de l’Assemblée Nationale et Elizabeth Martichoux « Saviez-vous que 40 % des Françaises feront une IVG au moins une fois dans leur vie ? Pour les femmes, c’est un droit acquis depuis 1975. Et pourtant, l’accès à l’IVG est de plus en plus difficile. Fermetures de centres, pénurie de gynécologues, désintérêt des professionnels de santé… les délais d’attente s’allongent. Et l’avortement devient trop souvent une course contre la montre. Près de 40 ans après la loi Veil, la lutte pour l’avortement semble lointaine aux nouvelles générations. Et l’IVG reste mal vue dans le milieu médical. Certains professionnels refusent toujours de la pratiquer. Plus largement en Europe, les pro-vie ont le vent en poupe. En Espagne, le gouvernement s’attaque au droit à l’avortement. Un retour en arrière programmé sous la pression des lobbies conservateurs et de l’Eglise.

Comment garantir de bonnes conditions d’accès à l’IVG ? Faut-il continuer à se battre pour ce droit acquis il y a 40 ans ? Pour répondre à ces questions, Elizabeth Martichoux reçoit la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem »

État de Santé : État de santé par LCP

Enquête nationale sur les parcours IVG | Le Planning Familial – L’IVG, un droit à défendre !

Le Planning Familial lance le site « avortement, un droit à défendre »
Conçu en com­plé­ment des infor­ma­tions conte­nues dans www.ivg.gouv.fr, ce site a pour objec­tif prin­ci­pal de faire ces­ser le silence et la culpa­bi­li­sa­tion qui pèse sur l’IVG mais aussi :

– De réas­su­rer les femmes quant à leur choix et démon­ter les idées reçues sur l’avortement
– De lan­cer un appel à témoi­gnages auprès les femmes, de leur entou­rage et des pro­fes­sion­nels sur l’avortement dans la pra­tique. Ces don­nées per­met­tront la publi­ca­tion, à la fin de la cam­pagne qui devrait durer un an, d’un ouvrage sur les pra­tiques, bonnes et mau­vaises quant à l’avortement en France (IVG et IMG).

(In. : le site je vais bien merci)

Il lance de plus une enquête à destination des personnes ayant eu une Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) ou une Interruption Médicale de Grossesse (IMG), mais également de leurs accompagnants professionnels et aussi de leurs proches. 

Il est important, pour améliorer cette prise en charge et le parcours qui reste encore dans trop d’endroits irrespectueux et de fort mauvaise qualité, de répondre même si vous n’avez pas subit vous-même d’IVG ou d’IMG mais êtes proche d’une personne y ayant fait appel, et même si cela s’est bien passé.

« Enquête nationale sur les parcours IVG :

LE SILENCE A PROPOS DES IVG ET LA STIGMATISATION DE L’AVORTEMENT S’ARRETENT ICI ET MAINTENANT!

VOUS AVEZ LA PAROLE.

Pour en finir avec les IVG cachées, la culpabilisation des femmes , la maltraitance de la part de certains professionnels, le discours dominant dévalorisant pour les femmes, l’accès difficile à l’IVG ou l’IMG :

Vous êtes une femme ayant fait une démarche d’avortement ou un(e) proche ou un(e) professionnel-le.

Nous vous proposons de participer à une enquète sur tout ce qui ne va pas dans un parcours de femme en vue d’une IVG ou d’une IMG ou qui amènent certaines femmes à partir à l’étranger pour une IVG.

Pour révéler ces difficultés d’accès à l’avortement, anonymement et en moins de 3 minutes.

Nous porterons votre parole dans une publication pour améliorer l’accès à l’IVG et l’IMG à partir de vos témoignages.

Cliquez sur le lien suivant pour répondre à l’enquête. »

Enquête nationale sur les parcours IVG | Le Planning Familial – L’IVG, un droit à défendre!.

Speculum partie

Documentaire d’Arte Radio du 6 mars 2014. 

« Brigitte, Michèle, Anne et Catherine étaient membres du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC). Même après la loi Veil de 1976, elles ont continué à pratiquer des avortements à la maison de façon illégale. Parce qu’à l’époque la loi n’est pas toujours bien appliquée dans les hôpitaux, et l’avortement pas remboursé par la Sécurité sociale. (…) ».

Speculum partie – Arte Radio